L'identité en question

L'identité en question

Entre parcours de vulnérabilités et chemins d'autonomie
Presses universitaires de Namur | Philosophies, Religions & Sociétés n° 4


A l'heure où tant de discours prônent des sociétés dites « inclusives », dans nos vies quotidiennes, la vulnérabilité est encore trop souvent perçue comme le versant négatif de l’autonomie, un moment de l’existence qu’il faut impérativement dépasser pour pouvoir construire l’identité d’un sujet libre et autonome. Et si, à l’inverse, la construction d’une identité forte ne pouvait advenir que grâce à l’articulation entre vulnérabilité, comme condition normale de l’existence, et autonomie ?


Fruit d’un travail collectif, cet ouvrage souhaite prouver, à l’aide de la pensée de philosophes comme Paul Ricoeur, Emmanuel Levinas, Michel Henry, Martha Nussbaum ou encore Platon et Aristote, comment le déni de la vulnérabilité, bien que compréhensible, peut devenir « toxique » lorsqu’il n’est pas démasqué. Cela aussi bien pour l’individu que pour la société. Un livre qui croise de multiples regards, la philosophie, le droit, les sciences de la santé, la politique, pour éclairer la façon dont nos modes de vie et l’organisation de nos sociétés pourraient changer, y compris d’un point de vue pratique, si vulnérabilité et autonomie étaient considérées comme des moments indispensables et complémentaires du développement de l’identité du sujet.

Magdalena Kozak

Magdalena Kozak, docteure en philosophie, est professeure adjointe de philosophie à l'Institut de philosophie de l’Académie Ignatianum de Cracovie. Ses recherches se concentrent sur la philosophie française contemporaine, notamment la phénoménologie, la philosophie du dialogue et l’existentialisme et elle travaille actuellement sur deux textes consacrés à l’influence de la pensée de Heidegger sur celle de Levinas. Elle est membre de la Société phénoménologique polonaise. Récemment, elle a publié sa thèse Le Problème du mal dans la philosophie d’Emmanuel Levinas, ainsi que les articles : « Connaître Dieu veut dire savoir ce qu’il faut faire. Une religion athéiste selon Emmanuel Levinas », « Le mal comme éloignement du Bien selon Emmanuel Levinas ».








Nous Vous Suggérons Aussi

D'Amour parlons ensemble.
Du premier au troisième âge, afin que chacun ait sa parole
P.-Ph. Druet

Collection

Philosophies, Religions & Sociétés

Sujets

Philosophie